La peur du dentiste : phénomène largement répandu !

Stress, phobie du dentiste, peur de la douleur, peu nombreux sont ceux qui ne craignent pas d’aller chez le dentiste ! Pourtant, aujourd’hui, les soins ne sont plus douloureux et les "bons" dentistes savent être à l’écoute...

1 - Choisir le bon dentiste

Votre dentiste doit vous expliquer tout ce qu’il fait avec des mots simples. C’est important car la peur est souvent liée à ce que l’on ne comprend ou ne connait pas. Le dialogue est primordial entre vous et votre dentiste, il sera plus facile pour vous de poser les questions et pour lui d’y répondre pour vous rassurer. Certains dentistes proposent de mettre de la musique (pourquoi pas celle que vous aimez) ou de suivre les soins sur un écran situé au plafond.

2 - Il existe des médecines douces antistress

Phytothérapie

  • Euphytose est efficace. 4 gélules à prendre la veille au soir, puis quatre ou cinq une heure avant votre rendez-vous.
  • Huile essentielle de lavande ou de jasmin : elles sont réputées pour être apaisantes. Massez vos poignets – ou le plexus – dans la salle d’attente.

Homéopathie

  • Ignatia 9 CH. À prendre 2 jours et 1 jour avant votre rendez-vous : cinq granules, trois fois par jour.
  • Gelsemium 4 CH, 2 granules + Nux vomica 7 CH , 1 granule à prendre sur le fauteuil si votre anxiété est forte.

Informez-vous des méthodes efficaces anti douleurs de certains dentistes : L’anesthésie locale est aujourd’hui extrêmement perfectionnée : le traitement se déroule dorénavant sans aucune douleur.

 

Cependant, nombre de patients sont phobiques des piqûres autant qu’ils le sont de leur dentiste. C’est pour cela que l’administration de la piqûre d’anesthésie doit être réalisée avec beaucoup de précautions.

 

Pour minimiser la douleur de l’insertion de l’aiguille, certains dentistes procèdent à une pré-anesthésie à l’aide d’une pommade anesthésiante ou d’un spray de refroidissement.

 

3 - Pour les grands anxieux, il y a la sédation consciente avec le MEOPA (gaz hilarant)

Le MEOPA (mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) existe depuis de nombreuses années (plus de 150 ans ! il est par conséquent un des sédatifs les mieux étudiés) dans le milieu hospitalier. Il est très utilisé pour les enfants.
Dans le cabinet du dentiste, la prise du gaz se fait directement au fauteuil. Le patient respire ce mélange de protoxyde d’azote et d’oxygène par l’intermédiaire d’un masque disposé sur le nez. L’inhalation du gaz provoque une grosse diminution de la sensibilité et de la vigilance. Il plonge le patient dans une somnolence consciente.
Son action est rapide, et l’arrêt de son action est quasi immédiat quand le masque est retiré. Il est facilement administrable et le peu d’effets indésirables en font un agent analgésique de choix.

4 - Les cas d’anxiété graves : la sédation médicamenteuse

Pour les très gros anxieux, certains sédatifs peuvent être envisagés. Le sédatif peut être utilisé seul ou en association avec le MEOPA. Il favorise largement un apaisement de l’anxiété, la détente et le confort, et crée un effet euphorisant.

 

Il y a un inconvénient à cette méthode : l’effet résiduel de ces médicaments. Le patient ne pourra pas rentrer seul chez lui. La conduite d’un véhicule ne sera autorisée que 12 heures après l’intervention.

5 - Les benzodiazépines

Les benzodiazépines sont employés par certains praticiens pour gérer l’anxiété. S’il est bien utilisé ce procédé très réglementé est très efficace. Pour plus de renseignements voir avec votre praticien.